img00085941

Une des règles du langage SMS exige d’être efficace, clair, précis... Voilà pourquoi très souvent, la ponctuation dans un Texto est jugée inutile.

Le signe de ponctuation le plus évité est le point. Le nombre de SMS de notre corpus sans point est assez important - 51, la quasi moitié. A part la règle de faire court et précis, la raison pour laquelle on ne l’utilise pas est le fait que le point manque de sens en soi. Ce signe de ponctuation marque la fin d’un énoncé et c’est pourquoi nous avons l’impression, quand il est mis à la fin du SMS (même si c’est très rare) que ce dernier a une double fin.

Ce n’est pas pareil avec les autres signes de ponctuation, comme le point d’exclamation ou d’interrogation (« ! » et « ? »). Ils so

nt bien présents dans le langage du Texto. Leur forte utilisation, nous la justifions avec le fait qu’ils ont un sens implicite. Très souvent ils sont employés d’une façon répétitive et ils sont transformés en marqueurs de para verbal: le « Quoi ?!?! » n’est pas le même que « Quoi »… On utilise trois points d’exclamation ou bien trois points d’interrogation au lieu d’un pour souligner un état de surprise très fort.

Il y a un autre exemple où le sens des signes de ponctuation est détourné. On les utilise pour créer des signes visuels en forme d’un ours, d’un cœur, d’une cigarette et ainsi de suite. La fonction première de la ponctuation est transformée en fonction graphique.

Je tiens à signaler que les tendances, par rapport à la ponctuation, qui étaient mentionnées plus haut peuvent changer, varier, se mélanger. La ponctuation ne fait pas exception des autres éléments du langage du SMS. Tout, dans ce type de discours est temporaire et transformable avec le temps. Voilà pourquoi nous ne pouvons faire que des hypothèses qui seront difficilement confirmées. Ou bien ce sont des hypothèses/tendances actuelles, qui se confirment sur le moment, mais qui se contredisent plus tard, avec le temps.

Nous rencontrons aussi des signes de ponctuation qui tentent de retranscrire des émotions. Ce sont des occasions où la règle de faire court est transgressée. C’est, par exemple, le cas des smileys. La séquence « :-) » traduit un sourire (à lire la tête penchée vers la gauche).